27/01/2017

Conférence : Le commerce antique en Méditerranée occidentale vu par l’étude des épaves de Port-Vendres

Georges CASTELLVI donnera une conférence sur ce sujet le  Vendredi 27 janvier à 17h30, salle Guy Malé r.Hôtel du département Quai Sadi carnot

Le commerce antique en Méditerranée occidentale vu par l’étude des épaves de Port-Vendres. Depuis une cinquantaine d’années, les chercheurs se relaient dans les eaux de Port-Vendres pour mieux connaître l’histoire économique de l’Antiquité romaine, entre Narbonne et la province hispanique de Tarraconaise.

Entre une douzaine et une quinzaine de naufrages ont été recensés entre le Ier s. av. J.-C. et le Ve s. apr. J.-C. La plupart de ces navires transportaient des cargaisons d’amphores à vin d’Italie, de Gaule, de Catalogne, du Proche Orient mais aussi de l’huile et des métaux de Bétique (Andalousie) et parfois des objets plus singuliers (verrerie d’Egypte, figurines, vaisselle fine…).

Ces différents naufrages nous permettent ainsi, à notre échelle, de reconstituer les grands flux commerciaux de l’Antiquité romaine.

Georges Castellvi Professeur des écoles mais aussi docteur en histoire des civilisations, chargé de cours à l’université de Perpignan-Via Domitia. Il a animé pendant des années le chantier des fouilles programmées de Panissars (trophée de Pompée) puis celui de Port-Vendres 9 / Redoute Béar (naufrages antiques).

Il est l’actuel président de l’Association Archéologique de Perpignan AAPO) fondée en 1982 et qui édite un bulletin annuel, Archéo 66.

Présentation, Dédicace de François Glory

qz3u.jpg

Café Philo à la médiathèque municipale

Samedi 28 Janvier à 10 heures, le café philo aura pour thème: " Peut - on imaginer une société sans religions ? " Cette animation gratuite est un moment de convivialité, d'échange d'idées et est ouverte à tous.

Infos: Médiathèque Municipale 04 68 83 75 00

26/01/2017

Robert Barrière présente « Urban Planet » à la médiathèque

Catalan du Vallespir, résidant à Saint Jean Pla de Corts, Robert Barrière présente Urban Planet, une exposition de photographies, à la médiathèque municipale durant tout le mois de Janvier. Photographe autodidacte, Robert Barrière a obtenu le prix Coup de Cœur du Jury Visa Off pour son reportage " A bout de soufre " montrant les dures conditions de travail des porteurs de soufre dans le cratère du volcan Kawah Ijen situé dans l'extrême est de l'île de Java.

Comment est née votre passion pour la photo ?

J'ai commencé la photographie à l'âge de 12 ans grâce à mon oncle Charles Ibanez photographe et horloger au Boulou, et qui m'a transmis cette passion.

Quelles thématiques traitez-vous ?

Je suis curieux, donc je traite tout type de sujet en photographie, mon thème de prédilection est quand même le reportage photographique dont j'avais toujours rêvé en faire mon métier, la vie en a décidé autrement.

Vous voyagez beaucoup, comment se créent vos reportages sur le terrain ?

J'adore les voyages et donc j'aime partager au travers de la photographie ma passion de la découverte de lieux insolites et d'aller à la rencontre d'ethnies ou de populations qui vivent différemment de nos sociétés européennes. J'ai beaucoup voyagé ces 20 dernières années un peu aux Etats Unis et Canada, mais surtout dans l'Asie du Sud Est, Indonésie, Asie et Inde.

Quel message souhaitez-vous transmettre à travers l'exposition Urban Planet , nommée pour le Prix thème libre au Festival Visa Off 2012 et présentée à la médiathèque jusqu'au 31 janvier ?

Ces photographies, contrairement à ce que je fais d'habitude, ont été prises en France, à Paris dans le quartier de La Défense à l'occasion d'un déplacement professionnel. Lorsque je suis allé faire ces photographies, dans ce site aux constructions futuristes aux immenses tours de verre, le gens que j'ai croisé marchaient vite, téléphones mobiles collés à l'oreille, et paraissait complètement déconnectés du monde réel. J'ai toujours pensé que ce type d'habitat de demain ne favorisait pas l'échange et que plus on concentre les populations dans un habitat surdimensionné, moins il y avait de lien social. En 2030, huit humains sur dix habiteront dans des villes peuplées de dizaines de millions d'habitants. L'homo-urbain, comme l'homo sapiens apparu il y a 200 000 ans, s'intègre petit à petit dans ce nouvel habitat.

Vous avez participé à de nombreux Visa Off. Une de vos photos a été retenue pour illustrer l'affiche et le dépliant du Visa Off 2016, que vous apportent ces expériences ?

Visa Off et moi, c'est une aventure qui dure depuis cinq ans avec justement cette exposition en 2011, puis j'ai eu un prix en 2012 pour un reportage en Indonésie sur les porteurs de soufre. Cette année, j'ai eu la chance d'être retenu pour faire l'affiche du festival avec un reportage sur le bain sacré des femmes en Inde du Nord, dans la province du Rajasthan.

Vous êtes membre du Perpignan Photo Club, des expositions collectives sont souvent proposées par l’association, est-ce une complémentarité à votre travail photographique individuel , une ouverture vers d'autres photographes , d'autres techniques , d'autres lieux d'exposition ?

Je suis dans un club photo très dynamique ou j'apprends beaucoup et je fais des concours. Je suis affilié grâce à Perpignan Photo à la Fédération Photographique de France, mais aussi la Fédération Catalane Sud ainsi qu'à la Fédération Espagnole de Photographie.

Quelle photographie aurait-pu susciter votre amour pour cet art ?

Difficile pour moi de citer une seule photographie, mais j'aime la photographie humaniste de Robert Doisneau dont je suis un fervent admirateur et ce sont ses photos qui m'ont touché, ensuite j'adore Sebastiao Salgado, Steve Mac Curry... mais la liste est longue, quand on aime, on ne compte pas...

Médiathèque de la ville, av Jean-Léon Grégory, les lundis de 13h 30 à 18heures ; mardis, mercredis, jeudis, vendredis de 9 heures à 12 heures et de 13h30 à 18 heures ; samedis de 9 heures à 12 heures.

                                                          Propos recueillis par Jacques Martinez

Blog.jpg

                                                             Robert Barrière, photographe

                                                                                           Photo : ML. Martinez

20/01/2017

Présentation et Dédicace à la Médiathèque de Céret ce samedi à 14h30

Céret 1.jpg

19/01/2017

Quand l’excès mène à tout…

Têtu et déterminé comme il se qualifie, Pascal Burq dédicaçait ce week-end dernier son nouveau roman à la boutique « Couleur jardin » de la ville.

Ce dernier, sportif, connait parfaitement le monde de la course à pied, cent bornard, marathonien, la Diagonale des Fous, X Canigou et bien d’autres défis. Sécréteur d’endorphine comme tout vertébré lors d’une activité intense, l’auteur, le cerveau en perpétuelle création a eu l’idée de coucher sur le papier son ressenti, quelques fois scabreux que la course lui procure. « La plupart des coureurs sont des névrosés, il y a un côté mystique dans la course, c’est un exutoire et si l’on n’arrive pas à des résultats il peut y avoir une descente sociale voire un retour en enfer. » me glissera t’il.

Voilà donc le fil conducteur de son livre « Sérial coureur » ou sur plusieurs courses l’individu manque de force, d’endurance, de courage, de volonté et se met à commettre l’indicible. Véritable sérial tueur, son seul plaisir c’est de tuer un concurrent.

Il ne vous reste plus qu’à vous procure le livre à la Fnac, chez Amazone ou par téléphone au 06 11 94 82 26 (le soir).

Vous pouvez également consulter l’excellent article d’Arnaud Hingray paru sur le cahier des sports de l’Indépendant du 16 janvier 2017.

                                                                                   Jacques Martinez 

Blog.jpg

                                                     Lors de la dédicace chez Couleur Jardin

                                                                              Photo J. Martinez

18/01/2017

Exposition des Boulounencqs à l'Espace des Arts

Expo St Antoine.jpg

16/01/2017

Concert à St jean Pla de Corts ce samedi 21 janvier à 18h00

Concert St Jean.jpg

07/01/2017

Pascal Burq dédicace ce samedi à Couleur Jardin

Plus connu pour ses toiles et ses fresques géantes, Pascal Burq s’est mis à l’écriture et publie son nouveau roman.

« L’intrigue se situe dans le monde de l’art contemporain.  Amateur passionné de course à pied et d’ultra fond depuis 1984, c’est dans ce milieu que j’ai eu envie de situer l’intrigue, en m’appuyant également sur mon métier de vétérinaire pour donner une caution scientifique à mon livre. »

Dédicace ce samedi 7 janvier 2017 à partir de 16h00 au magasin « Couleur Jardin » 39 Place de la Victoire, 04 68 83 30 39.

Conférence "Ludovic Massé" par Michel Bernier à la médiathèque de Céret ce samedi 7 janvier à 14h30

Conférence Céret.jpg

30/12/2016

Deux regards photographiques à la médiathèque

Mr Mangeot, l'Islande est une vos thématiques photographiques, Pourquoi?

« J'ai un goût immodéré pour la nature sauvage. Cette île offre des immensités vierges de toute trace d'aménagement où j'aime m'immerger. Ses paysages sont forgés par une activité volcanique intense et la proximité du cercle polaire explique l'abondance des glaciers, dont certains terminent leur course sur le littoral : c'est la combinaison de ces facteurs géologiques et climatiques qui font l'originalité de l'Islande.

Le soleil ne s'élève jamais très haut au-dessus de l'horizon, et dispense des lumières très favorables aux prises de vue. Outre ses paysages inoubliables, l’île offre à ses visiteurs une flore et surtout une faune spectaculaires et assez facilement accessibles : à la bonne saison, les oiseaux migrateurs venant se reproduire se comptent par millions, et il n'est pas rare d'observer phoques, baleines ou renards polaires...

Un paradis pour les amateurs de nature qui n'ont pas peur des intempéries : la pluie, la neige et les tempêtes sont quasiment inévitables. »

Quand à Mr Page : « Autodidacte j'ai commencé la photo par passion ... à 18 ans ... en parcourant des magazines spécialisés et des expos ... J'ai tout de suite apprécié le "Maître" Cartier Bresson pour sa spontanéité et surtout ses cadrages ... J'aime particulièrement tous ce qui est graphisme, mémoire collective et patrimoine ... quant à la technique j'aime les extrêmes ... Grand Angle & Téléobjectif ... La prise de vue "pris sur le vif" ... et pas de recadrage ...

Une image doit-être bonne directement à la Prise de Vue !! Sur le Pays Catalan j'ai environ 90000 images. Dans tous les domaines : Paysages, Fêtes profanes & religieuses, Architecture historique ou patrimoniale, Folklore et métiers anciens, ... etc. Dans les PO depuis 1999 ... passionné d'histoire j'ai appris à connaitre et à aimer la Catalogne (Nord & Sud) indissociable par la culture et la langue ...

Beaucoup de choses disparaissent ou sont modifiées à jamais ... Il est donc important d'en fixer et mémoriser un maximum pour le futur ... Je choisis mes sujets en fonction de tous ces critères (objectifs ou non) ... »

Expo jusqu’au 31 décembre à la médiathèque, les lundis de 13h 30 à 18heures ; mardis, mercredis, jeudis, vendredis de 9 heures à 12 heures et de 13h30 à 18 heures ; samedis de 9 heures à 12 heures.

M.Page.jpg

                                                           Didier Page devant ces oeuvres

28/12/2016

Café philo du Boulou, l’équipe clôt l’année avec un invité de marque !

La dernière rencontre de la saison réunissait une vingtaine de personnes autour d’un thème d’actualité : le dialogue interreligieux, et d’un invité de marque, Michel Bolassell.

Ce dernier fut, dans les années 2000, à l’origine de l’instauration à Perpignan de ce dialogue permettant à tous les représentants des différentes communautés religieuses d’échanger et de tenter de mettre en commun tout ce qui nous rapproche.

L’ouvrage de Michel Bolassell « Cet autre, mon frère », criant d’actualité, servait de base à cette discussion et apportait un éclairage nouveau à notre époque troublée. Une façon peut être de donner un autre sens à cette période de Noël !

Prochaine rencontre du Café Philo le 28 janvier à 10h à la médiathèque de la ville.

Blog.jpg

                                             Michel Bolassell en train d’échanger.

                                                                                Photo J. Martinez