15/03/2015

Le BS XV et U.S.M.C 66 organisent une bourse des antiquités militaires et de l'arme ancienne ce dimanche 15 mars aux Echards

Bourse aux Armes Flyer.jpg

01/03/2015

BS XV: La vie du club, déplacement à Gruissan ce dimanche 1er mars

*Match gagné mais… Oui le BS XV a gagné dimanche dernier contre St Girons 22 à 17 mais a garni une fois de plus son infirmerie. Fayçal Tourek a rejoint ses trop nombreux collègues blessés.

*Dimanche 1er mars. Déplacement pas facile à Gruissan qui vise la qualification.

*Bravo l’arbitre. Sébastien Sotoca, jeune arbitre territorial et dirigeant du club a dirigé le rencontre réserve Honneur d’Elne et de Pollestres pour son premier match sénior.

*Des Millassois parmi nous. André Franck, ancien président de l’école de rugby et Xavier Sanz frère du président ont eu l’honneur de partager le repas d’avant match. Félicitations à une autre Millassoise, Julie Billes, titularisée pour le match face au Pays de Galles.

*Maggi-ver. Il est partout Lionel. Il installe les panneaux, répare le joug et transporte même les traverses de chemin de fer pour les jardins intergénérationnels.

 

25/02/2015

Le Boulou sur le fil : Succès capital du Boulou sur Saint-Girons.

Le Boulou ........................22 St-Girons .........................17 

Mi-temps : 15 à 3. Pour le Boulou : 3 essais Astruc, (16), Collectif (40+2, 61); 1pénalité et 2 transformations Ndong Ondo (40+2, 61).

Pour St-Girons : 2 essais Roux (74), Pujol (79); 1 pénalité Caubere (1) et 2 transformations Zorzi.

Carton blanc pour St-Girons : Pujol (59).

Carton jaune pour St-Girons : Bringue (34).

Carton jaune au Boulou : Enrique (72).

LE BOULOU : Bantoure - L.Negre, Marcerou, Vidalou, Billes- (o) Ndong Ondo, (m) Guerrero- Astruc, Chinaud, Luyckfassel - Froger, Flamant - Ferrer, Tourek, Suner. Puis : Moliner, Lleida, Parayre, Russo-Frade, Coste, Enrique, Saleilles.

Réserves : Le Boulou gagne 27-14.

Malgré une nette domination notamment devant, les Boulounencs ont failli sur la fin laisser passer la victoire, puisque les Ariégeois sont venus « mourir » à cinq petits points alors que la fin de match était à leur avantage. Mais il ne faut pas se plaindre que la mariée soit trop belle, car les quatre points sont là, et ils font le plus grand bien en augmentant la différence avec les suivants, notamment leur visiteur du jour. Le Boulou joue la première mi-temps contre une forte tramontane, ce qui permet au buteur visiteur Caubere, des quarante mètres à gauche des barres, d’ouvrir le score sur une pénalité (0-3). Cinq minutes plus tard le canonnier Boulounenc Ndong Ondo des vingt mètres face met les deux équipes à niveau. A la 16e, après une série de mauls qui mettent à mal le pack adverse, le troisième ligne centre Arnaud Astruc marque un essai sur sortie de mêlée aux cinq mètres (8 à 3). Dans les arrêts de jeu de la première mi-temps, sur une pénal touche le pack «blanc et bleu » enfonce son vis à vis pour marquer un essai que Ndong Ongo transforme (15-3, score à la pause). A la reprise, les avants bien emmenés par la deuxième  ligne Flamant-Froger reprennent leur domination qui est cependant bien tempérée par un jeu plus vif et plus pénétrant des visiteurs. A l’heure de jeu, la domination Boulounencque permet aux avants de marquer un essai collectif qui du coin est transformé par l’ouvreur du Boulou (22-3). La messe semblait dite mais c’était sans compter sur les visiteurs, qui en cinq minutes et profitant du petit jaune pris par Enrique, marquent deux essais qui étant transformés portent la marque à 22 à 17.

                                                                                        Pierre Péjoan

Astruc 2.jpg

Astruc à l'assault

Chinaud attaque.jpg

Chinaud s'échappe

Flamand bien seul.jpg

Flamand bien seul

Froger tjs présent.jpg

Froger toujours à l'attaque

IMG_8062.JPG

William et Laurent

Vidalou balle en main.jpg

Vidalou au raz

Les Prisonniers du Bounty.jpg

Les vieux en cage !!!

                                        Photos jacques Martinez

22/02/2015

BS XV : La vie du club

Affiche BS XV  St Girons Blog.jpg

Match ce dimanche 22 février. Réception à Noguères du club de St Girons battu à l’aller par le BS XV. La revanche est-elle dans l’air ?

Hommage à notre ami Claude Peus. Les anciens du BS XV vont saluer à leur manière la mémoire de Claude, trop tôt disparu, ce dimanche avant le coup d’envoi. Alors si vous l’avez connu, côtoyé  et apprécié venait nombreux lui rendre ce dernier hommage.

Deux nouveaux sponsors. Les abords du stade viennent de recevoir deux nouveaux panneaux à leur effigie.

Collecte pour la maladie de Charco. Touché dans sa famille par cette maladie, William, joueur du BS XV, fera une vente de gâteaux pour aider l’association. Merci de votre aide.

 

 

15/02/2015

BS XV : La vie du club

Dimanche prochain. Match de rattrapage ce dimanche 15 février 15 heures à Noguères. Le BS XV recevra son homologue de Pézenas le pays de Molière et du vice-président.

Bravo Julie. Formée dès les premiers pas à l’école de rugby de Millas, Julie Billes, auteure de 3 essais dimanche dernier contre l’Ecosse n’est autre que la sœur d’Eric Billes, joueur émérite du BS XV. Elle s’est déjà envolée pour l’Irlande.

Coucou à Lily. La petite Lily est venue embellir le foyer de Stéphane Bantoure, joueur apprécié du club. Félicitations au papa et à la maman.

Affiche BS XV   Blog Pézenas.jpg
 

 

Enrique, le Black du Boulou

Le Boulounenc Guillem Enrique a été fortement influencé par un séjour en Nouvelle-Zélande. Il se confie avant la réception de Pézenas dimanche.

Attaque Guillem Enrique blog.jpgLa photo trône en bonne place au-dessus de sa cheminée. Guillem Enrique prend la pose au milieu de ses anciens coéquipiers de Masterton, une petite ville située au sud de l’île du nord de la Nouvelle-Zélande. «J’ai adoré mon expérience là-bas, explique le demi-de-mêlée du Boulou. J’y ai passé six mois il y a deux ans. C’est Aurélien Hue, le 3/4 d’Argelès, qui y partait. Il avait posté un message sur Facebook pour expliquer que Masterton cherchait un joueur qui évoluait à mon poste». Le Catalan, aujourd’hui âgé de 24 ans, n’a pas hésité longtemps avant d’envoyer un CV. Bien lui en a pris. Quelques semaines plus tard, il décollait pour le pays des All-Blacks. «Ils m’ont trouvé un boulot et je jouais là-bas. Le niveau se situe entre la Fédérale 2 et la Fédérale 3. On est allés en quart-de-finale du championnat de la Province. Niveau rugby, c’était énorme. Ils se mettent des placages de fou, mais ne sont pas du tout agressifs. J’y ai progressé au niveau de la vision du jeu. Là-bas, j’ai pêché, j’ai chassé. J’ai tué deux biches». Les souvenirs affluent comme les émotions. «Les gens étaient très accueillants. Rester là-bas ? C’est super et je recommande à tout le monde d’y aller. Mais ici, c’est mon pays». L’ancien Argelésien, également passé par l’USAP et Céret, n’a pas tardé à retrouver ses marques. Il vient de s’installer comme maçon à Saint-Cyprien et peut s’adonner à ses passions. «Je fais du ski, je pêche et je chasse ». Sans oublier le rugby où le grand frère de Vincent, arrière des juniors de l’ES Catalane, a la particularité d’être dirigé par son père, Raymond, au Boulou. «Ndong Ondo et Bantoure (ses coéquipiers, ndlr) me chambrent en me disant que je serai toujours titulaire, mais en fait, mon père est deux fois plus dur avec moi. Je n’ai pas le droit de me rater», lance dans un éclat de rire celui qu’Henri Mascardo, co-entraîneur du BS XV, surnomme affectueusement «le nain ». «De toute façon, Henri ne connaît le prénom d’aucun joueur». En revanche, l’ancien coach de la Côte Vermeille connaît l’importance de la réception de Pézenas, concurrent direct pour le maintien. «On était un peu plus nombreux à l’entraînement cette semaine, souligne Guillem Enrique. Il y a eu une prise de conscience de l’enjeu de ce match. On doit gagner ». Le BS XV pourra compter sur le plus néo-zélandais des Boulounencs pour y parvenir.

                                                                                      Laurent Morales

09/02/2015

BS XV : LA VIE DU CLUB, pas de match cause intempéries

Match reporté. Le BS XV ne se déplacera ce dimanche 8 février à Rieumes, suite à un arrêté municipal interdisant son utilisation. Report du match en mars.

Prochain match. Ce sera dimanche 15 février contre Pézenas à Noguères à 15h00. Match de rattrapage.

Condoléances. Le BS XV se joint à la famille de Georges Vico ancien joueur du club pour le décès de son papa, ainsi qu’auprès de Thierry Coll pour le décès de son grand-père et leur adresse de très sincères condoléances.

Panneau d’affichage. Foudroyé lors de derniers évènements pluviaux, ce dernier a repris du service, affichant l’heure et le score lors des rencontres.

Prompt rétablissement. Pour Antoinette, notre célèbre cuisinière qui vient de subir une petite intervention. Ton binôme t’attend de pied ferme.

Coucou à Lily. La petite Lily est venue embellir le foyer de Stéphane Bantoure, joueur apprécié du club. Félicitations au papa et à la maman.

A noter. Le BSXV en partenariat avec l’association U.S.M.C organise le dimanche 15 mars une bourse des antiquités militaires et de l’arme ancienne aux Echards.

Contact : 06 22 85 19 75 ou par e-mail association.usmc66@gmail.com

                                                                                      Jacques Martinez

01/02/2015

BS XV / Pézenas Match annulé

Suite à un arrête municipal le match opposant le BS XV à Pézenas de ce dimanche 1er février à Noguères est annulé et reporté à une date ultérieure, ainsi que l'hommage à Claude Peus.

18/01/2015

Jolan, le Mozart du Boulou Avant de retrouver la Côte Vermeille, son ancien club, Jolan Ndong Ondo, maître à jouer du Boulou et passionné de musique, se confie.

N° 2.jpg1m 96, 100kg, ouvreur et musicien : Jolan Ndong Ondo sort du lot. Un goût du paradoxe ? Pas vraiment, mais une personnalité riche. Né à Versailles d'une Ardéchoise et d'un Italo-Gabonais, Jolan gravite dès son plus jeune âge près de la scène. « La musique, j'ai grandi avec. Ma mère est couturière pour des comédies musicales et mon père chanteur professionnel. Il y a toujours eu des instruments qui traînaient dans la maison ». Pianiste, il s'essaye aussi à la guitare et évoque avec admiration Ray Charles et Jimi Hendrix, ou  encore Jamie Lidell plus récemment. « En général, j'aime beaucoup les artistes qui font sortir le piano de son milieu conventionnel ».

A 23 ans, Stro, comme le surnomment certains de ses coéquipiers, candidate actuellement pour une formation au Soler, autour d'un projet qui lui tient à coeur : travailler dans le son. Si les terrains de rugby ne sont pas toujours fréquentés des artistes, Jolan Ndong Ondo a toujours su concilier les deux.  

Un an en Australie

A 2 ans, il atterrit avec sa famille à Corneilla-la-Rivière. Forcément, il se retrouve très vite un ballon ovale entre les mains. « Jusqu'à mes quinze ans, je jouais à l'Entente de la Têt, puis trois années à Millas. Ensuite, j'ai passé deux bonnes années à la Côte Vermeille, où j'ai fait mes premiers pas en fédérale ». La Côte justement, il y retourne dès dimanche (15 h), pour un derby qui s'annonce brûlant. Et pour cause, à l'aller, les Côtiers avaient fait tomber le Boulou. « Même si je viens avec un autre maillot, je me sentirai comme à la maison. L'objectif ? Faire chez eux exactement ce qu'ils ont fait chez nous ». Après la Côte, Jolan avait pris la direction du centre de formation de Carcassonne, en compagnie de sa petite amie, la basketteuse du Soler Léa Nieto. L'année d'après, en amoureux, ils vont se catapulter jusqu'en Australie pour une année inoubliable. « Petits boulots dans la restauration, surf, cueillette de citrons, road-trip : c'était une super expérience ! ». Puis c'est le retour « pour se former », comme Jolan l'explique. Une année galère sur le plan sportif à Thuir s'en suivra. « C'est Arnaud Astruc qui m'a parlé du Boulou. Le contact a été très bon. On a manqué de chance, il y a eu pas mal de blessés, de suspendus : mais le groupe y est ».

Et dimanche, dans un match où l’émotion sera forte après la disparition mercredi du coprésident du BS XV Claude Peus, Le Boulou compte bien sur son ouvreur pour réciter à merveille sa partition. « Même si ces deux mondes, le rugby et la musique, ne sont pas proches, moi je ressens des sensations similaires. L'entraînement et les répétions, la préparation, les vestiaires et la pression avant le concert, le plateau d'un spectacle et le terrain. Pour le sport comme pour la musique, c'est un moment clef ».

                                                                                Pierre Cribeillet

Eloge funèbre d’Armand Lafuente co-président du BS XV le 16 Janvier 2015

Peus Claude.jpg

« Claude ou plutôt Monsieur Peus avec un grand « M » car tu étais un Monsieur. Ça m’est difficile de dire ces quelques lignes tellement tu nous manques. Tu étais un homme d’une immense culture, tu étais un passionné, un homme qui ne disait du mal de personne.

Tu préférais admirer que critiquer, tu aimais la vie passionnément, tu étais mon confident. Tu étais une encyclopédie au sujet de ton village que tu chérissais tant : le Boulou. Tu me rappelles une personne disparue dernièrement Christian Olive. Vous aimiez que l’on parle du Boulou, et du Boulou et on en a parlé.

Rugbystiquement on a gagné tous les titres que l’on pouvait espérer, de la  4éme série à la fédérale III. La cerise sur le gâteau qui te tenait tant à cœur a été le titre de Champion de France Honneur 2012. Tu m’avais glissé à l’oreille sur la pelouse d’Ussel : « on y est arrivé » Je n’ai partagé que des bons moments avec toi. Tu avais cette sagesse mêlée à cette joie de vivre. Que vont devenir les échos du BS XV que tout le monde se plaisait à lire et dont tu étais l’instigateur. Tu vas rejoindre Madeleine qui nous glissait «  Surtout ne lui enlevez pas le rugby, c’est sa vie. » Dernièrement dans ta chambre d’hôpital tu nous confias que tu étais fier de Jean-Luc ton fils « lui il assure ».

La grande famille du BS XV est en deuil, elle perd un Monsieur qui aimait les autres avant tout. La présence des anciens et nouveaux joueurs nous le confirme.

Nous te disons un grand Merci pour tout ce que nous a apporté. »

                                                 Adieu Président, Adeu, Adopu Président

16/01/2015

Obsèques de Claude Peus

 Peus Claude.jpg

Les obsèques religieuses de Claude Peus auront lieu le vendredi 16 janvier à 15h en l'église Saint-Marie de le Boulou

 

Le Boulou perd Claude Peus Co-président du Boulou Sportif depuis 25 ans. Claude Peus, 87 ans, s’en est allé hier. Il laissera un grand vide, au club et dans sa ville.

Indép OK.jpgLe Boulou Sportif et le rugby départemental pleurent Claude Peus qu’une infection pulmonaire a arraché à l’affection des siens, hier. A la tête du BS XV depuis 1990, au lendemain du titre de champion de France de 2e série, Claude Peus partageait la responsabilité du club avec Armand Lafuente, très affecté par la disparition de celui qui a été son complice, son confident, son ami pendant un quart de siècle : «De Claude, je garderais l’image d’un homme intelligent, passionné, posé. Il était, en fait, tout le contraire de moi et c’est peut-être pour ça que notre binôme a si bien fonctionné pendant tant d’années », explique les larmes aux yeux et la gorge serrée Armand Lafuente. Je me sens orphelin... Malade, on s’attendait à ce qu’il nous quitte mais on redoutait l’annonce. Il m’a tout appris... Il va me manquer. C’était quelqu’un qui n’était jamais à court d’idées. Il était très attaché à sa ville, à son club. Les échos du BS XV dans L’Indépendant, c’était lui. Il aimait que l’on parle de son club dans le journal. Claude était encore avec nous il y a un mois à Castelnaudary. Il avait fait le déplacement dans la voiture de Jacques Martinez ». Né à... Bamako au Mali où son père travaillait, Claude Peus arrivera au Boulou à l’âge de 2 ans, élevé par ses grands-parents maternels avant de rejoindre, à 15 ans, ses parents à Dakar. « Dès 1947, témoigne Jacques Martinez, le correspondant du journal et dirigeant du club, qui le connaissait bien aussi, Claude jouera à XIII avec les Nogues, Bardes et Serres et ils perdront la finale de championnat de France en 1947. A 20 ans, Claude montera à Paris pour raisons professionnelles. Il rentrera à l’agence de publicité Vox Publicité où il terminera quarante ans plus tard directeur du service Médias. Rugbyman, il jouera durant sa jeunesse à Paris au Stade Français en 2éme division puis à Vincennes en 3e et 2e division. Et c’est à Paris qu’il rencontrera Madeleine avec qui il aura deux enfants ». A l’heure de la retraite, Claude Peus quitte la capitale pour s’installer au Boulou. Il rejoint le BS XV en 1990, prend la direction de l’office de tourisme, assure le rôle de correspondant de L’Indépendant, et devient conseiller municipal. « On perd un sage, résume Paul Foussat, le président du Comité Pays Catalan. C’était quelqu’un qui aimait passionnément son club sans jamais tomber dans l’excès. On avait vraiment plaisir à parler du rugby et du Boulou avec lui ». « C’était une figure incontournable du Boulou, confie Robert Sotoca, dirigeant du club. Il pensait à tout. Je suis effondré... On jouera pour lui dimanche à Port-Vendres ».

                                                                                                       Eric Dubuis

Les obsèques de Claude Peus auront lieu vendredi 16 janvier, à 15 heures en l'église Sainte-Marie du Boulou. L’Indépendant adresse ses plus sincères condoléances à sa famille.