19/01/2017

Quand l’excès mène à tout…

Têtu et déterminé comme il se qualifie, Pascal Burq dédicaçait ce week-end dernier son nouveau roman à la boutique « Couleur jardin » de la ville.

Ce dernier, sportif, connait parfaitement le monde de la course à pied, cent bornard, marathonien, la Diagonale des Fous, X Canigou et bien d’autres défis. Sécréteur d’endorphine comme tout vertébré lors d’une activité intense, l’auteur, le cerveau en perpétuelle création a eu l’idée de coucher sur le papier son ressenti, quelques fois scabreux que la course lui procure. « La plupart des coureurs sont des névrosés, il y a un côté mystique dans la course, c’est un exutoire et si l’on n’arrive pas à des résultats il peut y avoir une descente sociale voire un retour en enfer. » me glissera t’il.

Voilà donc le fil conducteur de son livre « Sérial coureur » ou sur plusieurs courses l’individu manque de force, d’endurance, de courage, de volonté et se met à commettre l’indicible. Véritable sérial tueur, son seul plaisir c’est de tuer un concurrent.

Il ne vous reste plus qu’à vous procure le livre à la Fnac, chez Amazone ou par téléphone au 06 11 94 82 26 (le soir).

Vous pouvez également consulter l’excellent article d’Arnaud Hingray paru sur le cahier des sports de l’Indépendant du 16 janvier 2017.

                                                                                   Jacques Martinez 

Blog.jpg

                                                     Lors de la dédicace chez Couleur Jardin

                                                                              Photo J. Martinez

Les commentaires sont fermés.