24/01/2016

«L’arbre sourire» débute sa carrière internationale à Olot

Indep 2.jpgUn tronc rouge vif, tout en contraste avec de fragiles et légères feuilles blanches souriant à la vie qui le coiffe. « L’arbre sourire » de Michèle Vert-Nibet est assurément à la fois une œuvre universelle et singulière. Présentée le week-end dernier à la galerie Arcadi Calzada (place Rector Ferrer) à Olot, elle s’apprête à réaliser un tour du monde cette année. Car le projet, né au Perthus, a séduit bien au-delà des frontières en quelques semaines à peine. En ces temps troubles, l’énergie et l’enthousiasme qu’il suscite donnent du baume au cœur.

Du sourire aux larmes Tout a débuté voilà déjà plusieurs mois. « J’avais commencé par le dessiner pour illustrer un livre de poésies et il a été présenté au printemps dernier au musée de Céret dans le cadre du printemps des poètes », raconte l’artiste qui remonte à la genèse de son oeuvre. «À force de regarder ce dessin, je me suis dit qu’il serait plus intéressant d’en créer un vrai.» Le projet mûrit et en septembre dernier, elle se penche sur la question, «techniquement un peu compliquée. »

Afin de pouvoir le déplacer assez facilement, Michèle Vert-Nibet choisit la résine. Elle réalise alors le plâtre dans lequel la matière sera coulée et trouve, de l’autre côté de la frontière, une société spécialisée dans la création d’objets religieux, qui accepte de réaliser l’imposante pièce. Alors que l’aspect technique avait été dépassé, le projet a bien failli ne pas voir le jour. Effectivement, rendez-vous est pris avec l’entreprise d’Olot pour la réalisation de l’œuvre, le samedi 14 novembre dernier.

La veille au soir, les attentats de Paris éclatent. Comme bon nombre d’entre nous, Michèle Vert-Nibet passe la nuit devant la télévision. Tétanisée, choquée. Du sourire aux larmes en quelques heures à peine. «Le lendemain matin, j’ai failli tout annuler, je suis arrivée un peu démolie à Olot puis, finalement, j’ai continué parce qu’il fallait continuer. » L’artiste ajoute juste une note bleu-blanc-rouge à son œuvre afin de rendre hommage aux victimes des attentats parisiens.  «La civilisation et la bonté répondent à la barbarie»

Lorsqu’un galeriste d’Olot apprend qu’une telle oeuvre est en cours de réalisation dans sa ville, il décide de l’exposer. L’inauguration a eu lieu samedi dernier, en présence d’intimes de l’artiste mais aussi de personnalités telles que Josiane Chevalier, préfère des P.-O. ou Alain Torrent, maire de Céret. La première représentante de l’État dans le département, qui a profité de cette parenthèse artistique pour rencontrer son homologue catalan a ainsi souligné l’importance de « mieux se connaître pour mieux vivre. » Michèle Vert-Nibet, quant à elle, toujours très émue par l’actualité nationale, s’est réjouie de constater que «la civilisation et la bonté répondent ainsi à la barbarie. »

Après une semaine à Olot, «l’arbre sourire» va entamer une tournée internationale qui le mènera en avril à la galerie Art-Concorde à Paris, en mai à une foire de l’Art à Pékin,  «où le rouge est le symbole de la prospérité », explique l’artiste puis à partir du 18 octobre à New York (Jadite Gallery).
Pour l’instant, aucune date d’exposition n’est encore prévue dans les Pyrénées-Orientales. Avis aux galeristes et
autres responsables culturels…
                                                                                  Estelle Devic

«Que ces feuilles sourires se dispersent en signe d’allégresse»

Ami de l’artiste ayant souvent travaillé avec elle, Xavier Emmanuelli, le fondateur du Samu social, a écrit le texte de présentation de l’œuvre. «A la frontière franco-espagnole, au Perthus exactement, vient de pousser un arbre cultivé par Michèle Vert-Nibet, importatrice de plantes d’Onirie. Tout le monde connaissait l’arbre à fièvres de Rudyard Kypling qui pousse en Afrique au bord du fleuve Limpopo… L’arbre à pain des pays tropicaux… L’arbre aux 40 écus aussi appelé Gingkobiloba qui résiste à toutes les pollutions… (...) L’arbre de la liberté planté dans chaque village à la Révolution française en signe de joie et d’affranchissement. Et voici l’« arbre sourire» qui arrive soudain à notre époque morose pour faire frémir de milliers de sourires dès qu’une petite brise légère souffle sur notre quotidien. Que ces feuilles-sourires se répandent, qu’elles volettent partout… Qu’elles se dispersent non pas en signe d’automne mais au contraire en signe d’allégresse en toute saison, qu’elles aillent aux vents du monde et que des forêts entières d’arbre sourires se développent et se multiplient pour rendre notre condition humaine plus gracieuse et entraînent un peu… un tout petit peu d’espérance !»

Indep 1.jpg

À l’heure des discours officiels, Michèle Vert-Nibet entourée des personnalités.

Indep 3.jpg

 Les intimes de l’artiste et la presse catalane assistaient au vernissage.

MVNibet avec Rose Serra sculptrice de renom internationnal jeux Olympiques.jpg

L’artiste du Perthus en compagnie de la sculptrice
internationale Rose Serra, devant l’« arbre sourire.»

Photos: Jacques Martinez

Les commentaires sont fermés.