19/11/2015

Pascal Burq: l’Inclassable!

Se définissant lui-même comme un « Peintrinaire » : un être qui a un travail sérieux et rigoureux le jour, vétérinaire, et qui la nuit venue s’essaye à l’art. Amené à traiter différentes thématiques, l’on pourrait également le qualifier de psychologue, d’historien, d’essayiste.

Peut-être aventurier quand il ose un pari fou : amener à Rome en l’église de Santa Maria del Popolo sa série de 30 toiles « Caravage et moi » en juin 2014 réinterprétant l’œuvre du célèbre peintre italien Le Caravage. Erudit, documenté et amoureux du travail pictural du maitre, Pascal Burq nous livra : « Il n’est pas question de copier, c’est complétement différent avec des techniques nouvelles, papiers, bics, bombes, crayons. C’est le sens et sa réinterprétation qui m’intéressent. »

Par exemple pour « l’enfant endormi » du Caravage où l’on voit un bébé baigné d’un clair-obscur, affirmation du luminisme caravagesque, Burq me confia : « c’est un bébé qu’il a pris à la morgue, il a d’ailleurs été poursuivi pour cela, et delà j’ai transgressé vers la mort et les enfants martyrisés d’Irack. Oui toutes mes toiles ont une connotation politique, l’Ordre de malte de Vignacourt transcrit avec Obama et Massoud, d’autres sont plus esthétiques. »

30 messages qui ont permis aux visiteurs des médiathèques de Céret et du Boulou de se plonger dans les méandres de son imagination prolifique.

Écorché sur la vision actuelle de notre monde artistique qui s’amuse à déconstruire l’œuvre de nos grands maitres pour extraire leur propre création, Pascal Burq lui, reste à sa place mais continue à nous surprendre par sa propre créativité. Web-pascal.burq.org

                                                                                             Jacques Martinez

Blog 1.jpg

                                              Photo : Pascal Burq au cœur de David et Goliath

                                                                      Photo Jacques Martinez

Les commentaires sont fermés.