21/07/2015

« De la toile au volume » de la plasticienne Lésignanaise Nathalie Vives-Detraz à l’espace des arts tout le mois de juillet.

Ce qui frappe dans le travail de l’artiste c’est d’abord une atmosphère particulière: tout est mis en œuvre pour créer un espace aéré, en apesanteur ; une ambiance qui permet de mettre en forme très peu d’éléments (faisant dire de la démarche du peintre qu’elle se situe entre abstraction et figuration) ici, les bogues et les graines ne sont pas que prétexte à une écriture plastique mais relèvent d’une symbolique forte: on n’aborde pas le thème des germinées sans un cheminement personnel, un sens aigü de ce qui fait la vie et par là même, l’art. Car l’un comme l’autre pour Nathalie Vives-Detraz sont intimement liés.

Et comment être artiste si ce n’est les yeux ouverts sur le monde, du moins sur un monde intérieur, celui qui murmure, qui chuchote et qui finit par imposer sa voix et son chemin. C’est sur ce chemin que nous emmène le peintre, d’un cheminement qui lui est personnel à nos propres pas sur ses traces. Et c’est dans ce partage, dans ce voyage, que tout le ressenti de l’artiste et notre rencontre avec lui se fait. En douceur mais avec une force qui trahit une grande volonté, une grande détermination. Les formes des bogues telles de petites barques sur le courant de la vie et les graines qui sont autant de petits univers contenant tous les possibles sont là pour dire l’éternel recommencement, l’inépuisable vitalité de la nature, toute chose qui échappe à l’homme, en un mot, le cycle ininterrompu de la vie et pour le peintre en recherche permanente, peut-être une quête de ce qu’est la peinture.

La palette des couleurs est elle aussi en accord avec cette écriture plastique, les gris très présents dans les compositions de Nathalie Vives-Detraz véhiculent une impression d’un monde en devenir, comme en sommeil et qui peu à peu, prend forme: la palette s’affirme alors à travers les bleus durs, les noirs. La surface de la toile est traitée avec beaucoup de liberté de manière à laisser du champ, à ouvrir l’espace, à ne pas contenir l’œuvre dans un format fermé, arrêté, rigide et là, il y a une totale cohérence avec le thème choisi par le peintre.

Tout est en gestation, tous les éléments sont présents pour perpétuer la vie qui, si elle est contenue un temps, va prendre son envol, librement et créer d’autres espaces de vie. De même, Nathalie Vives-Detraz quitte le format classique des toiles pour s’approprier d’autres supports, ludique comme les rouleaux de carton ou familier comme le papier qui transmet à l’instar des manuscrits des temps reculés, des messages intemporels à travers une vraie écriture plastique, le langage si particulier, riche et sensible de l’artiste.A voir rue des écoles au Boulou « espace des arts » ; entrée libre du mardi au samedi inclus (fermé les jours fériés).

Pour tout renseignement, un lien : www.espacedesarts.pro 04 68 83 36 32

E d Arts.jpg

Photo : l’artiste et ses créations. Montage JM

Les commentaires sont fermés.